Témoignage du Gaec DG Dans notre quotidien pendant la période de reproduction, VIGIREPRO nous informe et nous conforte dans les décisions d’inséminer les vaches ou pas. Il sécurise notre travail d’éleveur. Durant ce premier hiver, nous étions en phase d’appropriation, à chaque fois que l’on détecte une chaleur à l’œil, on vérifie si VIGIREPRO l’a vu aussi, et inversement. C’est le cas dans la plupart des cas. Sur notre site sans surveillance, on a inséminé environ 15% des génisses uniquement sur l’observation de VIGIREPRO. Au global sur cette campagne, entre le 16/01 et le 05/03/2018, on a fait 270 inséminations premières (IAP) avec seulement 9 taureaux, dont 3 utilis&eacut

titre de la fenêtre 

Témoignage du Gaec DG

Dans notre quotidien pendant la période de reproduction, VIGIREPRO nous informe et nous conforte dans les décisions d’inséminer les vaches ou pas. Il sécurise notre travail d’éleveur.  Durant ce premier hiver, nous étions en phase d’appropriation, à chaque fois que l’on détecte une chaleur à l’œil, on vérifie si VIGIREPRO l’a vu aussi, et inversement. C’est le cas dans la plupart des cas.

Sur notre site sans surveillance, on a inséminé environ 15% des génisses uniquement sur l’observation de VIGIREPRO. Au global sur cette campagne, entre le 16/01 et le 05/03/2018, on a fait 270 inséminations premières (IAP) avec seulement 9 taureaux, dont 3 utilisés sur plus de 40 femelles chacun. Le 11/04, 35 jours après la dernière IAP, nous avions plus de 90% de femelles gestantes, confirmées par échographies. »

 Financement de l’investissement

L’achat de VIGIREPRO, qui comprend les bases installées sur chaque site et les 280 colliers qui équipent nos femelles, représente un investissement d’environ 35000 €. Nous l’avons financé :

  •  Par notre choix d’arrêter les taureaux, les 18 places gagnées sont remplacées par des vaches qui nous font un veau.
  • Par l’obtention de la subvention PCAE¹, attribuée au titre de la modernisation des bâtiments agricoles.

¹ PCAE : Plan de Compétitivité et d’Adaptation des Exploitations agricoles

Cette subvention a couvert environ 40% de l’investissement. Pour l’obtenir, nous avons monté un dossier auprès de la DDT Saône-et-Loire – service Unité projet d'exploitation. VIGIREPRO est un outil qui répond aux conditions « volet modernisation classique » et justifie d’un impact sur l’amélioration globale de l’exploitation.
« C’est effectivement le cas, puisqu’avec cet investissement nous améliorons la productivité de notre troupeau, le confort et le bien-être de nos animaux ; et aussi nos conditions de travail en répondant mieux à nos problématiques de surveillance des animaux ».

Des sites connectés entre eux par wifi

Le principe de fonctionnement de VIGIREPRO est simple. Les vaches sont équipées de colliers qui enregistrent leurs mouvements (activité) et les comparent à celles de leurs congénères. Ils indiquent les vaches en chaleurs et également les vaches en « sous-activité » qui présentent une éventuelle pathologie à soigner en urgence. « C’est important pour notre site qui accueille les génisses, car il reste sans surveillance. » indiquent les éleveurs.

« Les colliers transmettent les informations à un boitier-relais, installé dans les bâtiments sur chaque site, qui communique avec la base principale. Une interface sur ordinateur et des notifications sur nos téléphones permettent de suivre les cycles de chaque femelle, d’identifier les vaches en chaleur ou celles qui demandent de l’attention ».

« L’hiver, les vaches à veaux et les génisses d’élevages sont logées sur 3 sites distincts, séparés de quelques kilomètres par la route, mais de moins d’un kilomètre « à vol d’oiseau ». Malgré cette configuration, nous sommes équipés d’un seul appareil et les 3 sites sont reliés entre eux par wifi.».

« Le premier site accueille la base principale de VIGIREPRO. Celle-ci communique avec le boitier installé sur le second site, distant d’environ 600 m à vol d’oiseau, grâce à une antenne qui relaie le signal wifi ; de même, entre le second site et le troisième site. »

Denis DUMAGNY et Jean-Pierre GOUDIER,
associés du GAEC DG